Relaxation moléculaire

Membres de l’équipe : A. Saiter (PR), L. Delbreilh (MCF)

 

Nous étudions la mobilité moléculaire dans les phases amorphes des polymères en particulier par spectroscopie diélectrique large bande (DRS) haute fréquence. Cette technique permet d’élargir de façon significative la gamme des temps de réponse explorée classiquement et de comparer ainsi avec les résultats obtenus par simulation numérique. 

Notre dispositif expérimental est également équipé d’un module permettant de travailler en cellule étanche et sous pression, dispositif indispensable à l’étude de certains matériaux bio-sourcés ou biodégradables très sensibles à l’humidité. Le module sous pression permet également d’obtenir des informations sur la mobilité moléculaire dans des systèmes qui jusqu’alors présentaient la contrainte de ne pas pouvoir être balayés en température du fait d’une potentielle dégradation ou de la modification de la microstructure (oligomères de PLA). Sur un plan fondamental, un tel système sous pression permet d’accéder expérimentalement au volume d’activation du phénomène de relaxation. 

D'une manière Générale, nos activités de recherche portent sur la compréhension de la physique de la transition vitreuse des polymères. L’objectif est de mesurer les changements de comportement (en fréquence et en température) en fonction de la longueur de la chaine macromollécullaire, en passant du monomère à l’oligomère puis au polymère, c’est-à-dire pour une longueur de chaîne inférieure, du même ordre, ou supérieure à la longueur de corrélation vitreuse.